17/12/2012

Première tentative

Autrefois, on parlait du complexe de la page blanche. On n'imaginait pas que celle-ci serait un jour numérisée... Mais le même problème a survécu aux évolutions de la technologie; la question fondamentale du bloggeur n'est pas d'aujourd'hui: que dire? Il faut avouer que la quantité écrasante d'informations (sans parler de la vitesse de leur transmission) a compliqué davantage l'affaire. Il faut maintenant se demander: que dire, qui n'ait encore été dit?

Voilà le vrai problème, celui qui me travaille vraiment. Comment contribuer aux débats d'aujourd'hui et de demain, sans être la voix de plus (de trop?) parmi tant d'autres. Le refuge serait peut-être d'avoir un avis sur tout, mais ô quelle attitude détestable! Je veux parler de ce que je sais, pas d'une version faussée de mon savoir. La responsabilité de la presse s'apparente à ce devoir.

Bravo à la TDG pour avoir donné l'occasion à tout un chacun de pouvoir partager son opinion de cette manière. Je tâcherai d'en faire un bon usage.

Écrit par Diego Esteban dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.