05/06/2013

Qu'est-ce qu'une idéologie?

"Dans l'usage courant, le mot idéologie est un vague synonyme de philosophie, de système de pensée, souvent utilisé dans un sens péjoratif pour désigner un discours coupé du réel. [...] Il désigne une construction collective de l'esprit dont le but apparent est de dire le sens des choses, mais dont la fonction réelle est de masquer une situation intolérable."


Aujourd'hui, la notion de "pensée unique" fait sa loi dans différents domaines. "L'idéologie [...] est la dictature d'une réalité partielle, qui devient la valeur suprême.", une phrase que l'on serait tenté d'imprimer dans le marbre, dès lors que l'on fait sienne une pensée quelconque, qui porte un nom en "-isme" (libéralisme, nationalisme, anarchisme, écologisme, socialisme, communisme, christianisme, islamisme, machisme, féminisme, terrorisme, capitalisme...). Tous les courants de ce genre méritent de ne jamais être appliqués dans leur ensemble à une société, car c'est bien connu, personne ne peut se vanter de détenir la réponse à tout: aucune idéologie, aussi complète soit-elle, ne saurait devenir la philosophie unique d'un territoire ou d'une population donnés sans conséquences catastrophiques, l'Histoire nous en offrant d'abondants exemples.

 

"A l'origine de toute idéologie, il y a une idée de penseurs ou de philosophes, qui imaginent des systèmes de société idéale. Ils créent une belle construction intellectuelle qui ne prend pas en considération la nature humaine, le temps et les moeurs. Ils réduisent ainsi la réalité à ce qu'ils en perçoivent dans leurs salons ou dans leurs bureaux. Cette réduction consiste essentiellement à séparer l'idée, le concept, d'une chose ou d'un être, de sa réalité profonde."

Une des causes de l'échec inévitable des idéologies est la généralisation de choses qui ne sauraient quitter le stade individuel et concret. Généraliser le cas particulier est une des composantes de cet échec, tout comme la normatisation de ce qui relève plus du désir que de la réalité, car une idéologie, c'est aussi la volonté d'un nombre restreint de personnes érigée en projet de société. Mais dès lors que la société est hétérogène, personne ne peut prétendre apporter des réponses aux questions des autres en se basant sur un unique point de vue. En d'autres termes, il est impossible de créer un système d'idées logique, voire mathématique, applicable au moi de tout un chacun, dans une société qui est caractérisée par sa diversité. La réalité de la nature humaine, parce qu'elle ne se laisse pas aisément définir, ne peut pas être ainsi déduite d'une seule "version des faits" produite par un nombre restreint de personnes.

 

Conception marxiste: une idéologie est l'ensemble des opinions sur les problèmes sociaux qui se forment sous l'influence de l'intérêt d'une classe sociale donnée et qui servent à la défense des intérêts de cette classe; c'est un synonyme de "fausse conscience" (manière déformée de voir la réalité)


Ces passages (principalement tirés de l'encyclopédie de l'Agora) méritent d'être retenus. Certains seraient avisés de ne pas s'enivrer de leurs idéologies plus ou moins anachroniques, sous peine de se voir complètement déconnectés de la réalité. Personne n'a encore su définir le but vers lequel nous devons converger, mais nous pouvons l'ignorer sans crainte: sans idéologies, il est toujours possible de se laisser guider par des valeurs déterminées dans l'accomplissement des tâches de la société. Mais la notion d'idéologie est morte, car elle est trop éloignée de l'individu et des choses concrètes pour encore être crédible.

Écrit par Diego Esteban dans Petite Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.