09/09/2013

Portraits de candidats: Delphine Bachmann

Delphine Bachmann (Parti Démocrate-Chrétien), 24 ans.

306812_112559928917529_1089062253_n.jpg

Delphine Bachmann est l'aînée d'une fratrie de sept musiciens, au sein d'une famille réputée dans le monde de la musique à Genève. Pourtant, cette jeune femme énergique et au regard déterminé est directement héritière du passé notoirement politique de sa famille. 

 

Delphine Bachmann se considère comme ayant un sale caractère. Elle se décrit également comme franche, entière, honnête, tenant à bien réaliser ses engagements de manière aboutie, sans les faire à moitié. Aimant la vie, joyeuse, ouverte, toujours là pour discuter, rigoler et partager, elle fait preuve d'un penchant particulier pour le contact et la relation avec les autres. Enfin, elle évoque l'aspect que l'on pourrait qualifier de combatif de sa personnalité: en effet, elle se montre très exigeante avec elle-même, ne se laisse pas facilement abattre (utile, puisqu'elle ambitionne de "changer le monde") et aime avoir raison.

 

Après avoir obtenu un certificat de maturité au collège Claparède, puis réussi un bachelor à l'école d'infirmière en 2011, elle suit actuellement une formation continue en évaluation clinique. Depuis un an, elle travaille comme infirmière aux HUG (au sein de l'unité d'onco-hématologie) et comme assistante à la HES. Malgré l'emploi du temps (que l'on devine chargé) d'une personne dédiée au domaine de la santé, Delphine Bachmann s'adonne régulièrement à la natation, mais aussi à la randonnée, au volley, aux sorties entre amis et famille, réalise tous ses déplacements à vélo, et - la musique étant un passage obligé chez les Bachmann - joue également de la flûte traversière.

 

Mais, comme dit précédemment, elle incarne davantage le passé politique de sa famille que la notoriété actuelle de celle-ci dans le domaine de la musique. En effet, son grand-père Guy Fontanet est un ancien Conseiller d'Etat, dont les valeurs ont beaucoup inspiré sa petite-fille. Ainsi, Delphine Bachmann s'est toujours intéressée à ce qui se passe dans le canton, ne manquant aucune votation et suivant assidûment l'actualité politique. Et ce qui devait arriver arriva: "un jour, je me suis dit que je m'engagerais [en politique], sans savoir quand", dit-elle. Et en 2011, à l'occasion des élections municipales, le PDC cherchant des candidats pour se lancer dans la course au Conseil municipal de Chêne-Bougeries, Delphine Bachmann accepta d'être de la partie. A l'occasion de ce qui fut sa première campagne politique (durant laquelle elle rejoignit les jeunes démocrates-chrétiens), elle arriva première de sa liste, à laquelle il aura seulement manqué...neuf voix! (alors que son parti avait longtemps été absent des autorités de la commune) Elle devint par la suite déléguée de sa commune, intégra l'équipe de Béatrice Hirsch (la présidente du PDC genevois depuis 2012, qu'elle apprécie beaucoup et dont elle aime la vision politique) et fut élue au comité directeur de son parti.

 

Et maintenant, elle se présente comme candidate au Grand conseil genevois: "je viens avec qui je suis: j'ai une excellente capacité d'adaptation et de consensus, et ma jeunesse amène une vision fraîche, peut-être naïve ou innocente, mais pleine de dynamisme." Si elle est élue, elle œuvrera tout d'abord dans le domaine de la santé: "je maîtrise bien le système de santé en tant que premier contact avec les patients [...] et j'ai une bonne connaissance du réseau de soins à Genève." L'hôpital cantonal étant notoirement bondé, elle propose, afin de réduire les coûts et à titre de mesure prioritaire, la mise en place d'une hospitalisation à domicile complète, pour une prise en charge globale des patients, dans un cadre confortable et connu. Elle pense également avoir des compétences au niveau de la culture, de la sécurité et de la formation ("il faut revaloriser des voies comme l'apprentissage [...] et améliorer l'orientation en fonction du marché du travail").

 

S'agissant de la vie politique genevoise, elle y voit deux versants distincts. Il s'agit tout d'abord de désillusions et de stigmatisations: "pour tout petit changement, il faut un travail titanesque", dit-elle en faisant référence aux divers blocages, désaccords et crises d'ego qui déçoivent régulièrement le peuple par rapport aux politiciens en général, rappelant aussi que la politique du "c'est la faute de l'autre" est une méthode totalement contre-productive. Mais il s'agit également d'espoirs, parce que les choses avancent, ce qui permet de continuer à croire qu'il est possible d'améliorer le quotidien des Genevois. Delphine Bachmann est "intimement persuadée que l'on a les moyens de mieux faire, et de contribuer à ce que Genève soit un canton où il fait bien vivre." Quant à ses adversaires politiques, elle montre du doigt "ceux qui font dans la forme et pas dans le fond: ceux qui gueulent et ne font rien [...] qui font des raccourcis et des phrases qui n'ont ni queue ni tête [...] c'est ceux-là que je veux battre."

 

Pour elle, Genève, c'est tout d'abord son "chez moi" (du moins en ce qui concerne la rive gauche). Il s'agit d'un lieu qui dégage une image positive; une ville internationale ouverte aux autres, très multiculturelle et où elle trouve qu'il fait bon vivre. Cependant, elle pense qu'il faut que l'on soit capables de faire preuve d'anticipation: "nous sommes trop lents et en retard quant aux logements", et nous en manquons cruellement. "La vie coûte toujours plus cher. Il faut trouver des solutions, sinon il ne fera plus bon y vivre pour nos enfants."

 

Pour conclure ce portrait, voici la phrase de Sénèque qui selon elle définit le mieux l'engagement qu'elle veut faire valoir durant toute la campagne (que vous pourrez suivre sur son profil facebook ou sur la page des jeunes démocrates-chrétiens): "ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que les choses sont difficiles."

Commentaires

Bravo. C'est bien écrit et bien résumé ! Delphine est en effet une candidate idéale au Grand Conseil. Bonne chance.

Écrit par : Aurélien | 09/09/2013

Les commentaires sont fermés.