12/08/2013

Une alliance Entente-Alternative?

C'est l'hypothèse soulevée ce matin par Roger Golay, président du MCG, sur son profil facebook. Selon lui, PS, Verts, PLR et PDC envisageraient de faire liste commune en vue du second tour des élections pour le Conseil d'Etat, afin de barrer la route au MCG.

image.jpg

Roger Golay tiendrait là son scoop estival, grâce à la même personne qui depuis des années donne au MCG toutes les informations dont il a besoin. Cette "source fiable", que personne ne connaît, pas même Roger Golay, est apparemment douée d'une omniscience épatante: elle saurait donc que le PS soutient la prétendue alliance avec l'entente, alors même que son président, son comité directeur et à peu près tous ses membres l'ignorent, cas échéant s'y opposent.

 

Toute plaisanterie mise à part, je vous invite à contempler cette manifestation par excellence de la technique de la rumeur, une méthode fréquemment utilisée par l'extrême-droite: en effet, pour le parti socialiste, il n'a jamais été question de faire liste commune avec l'entente, même contre le MCG. Cette idée est si absurde qu'elle n'est même pas venue à l'esprit d'un seul des membres du comité directeur. Roger Golay, rejoint ce matin par François Baertschi (secrétaire général du MCG) dans ses tentatives désespérées de défendre son mensonge, n'a cessé de se réfugier derrière l'autorité anonyme de sa "source fiable".

 

Pourtant, il essayait d'avoir des arguments, en affirmant notamment que cette alliance n'est pas étonnante, puisqu'elle a déjà été conclue à d'autres occasions, comme à Vernier ou en vue des élections à la Cour des Comptes. Mais il oublie de mentionner qu'à Vernier, PS, Verts et PLR ne se sont pas alliés contre le MCG, mais uniquement contre son candidat, Thierry Cerutti. Et en ce qui concerne la Cour des Comptes, je remarquerai seulement que l'élection d'Olivier Jornot au poste de procureur général a été rendue possible par une alliance entente-MCG.

 

Pour retourner aux déclarations de Roger Golay, sachez que le PS n'accepterait jamais une alliance avec l'entente. Même si le fait d'avoir un front plus large pour lutter contre le MCG peut nous plaire, les socialistes ont des valeurs, et ils ne sont pas près de les sacrifier juste pour qu'un autre parti perde une élection, n'en plaise au parti blochérien (ancien nom du MCG). Il va donc de soi que le PS n'a pas une seule seconde trahi ses électeurs, et que la seule panique que l'on y trouve, c'est celle que l'on ressent face à la bêtise du MCG.

 

S'il faut retenir quelque chose de cette histoire, c'est que le MCG ne peut pas gagner loyalement une élection. Le piètre bilan de sa législature, dont on retiendra surtout bagarres et verres d'eau, ne lui permet pas d'attirer les faveurs de l'opinion autrement qu'en la convainquant que les autres sont pires que lui. Mais lorsqu'on est déjà "très pourri", il est très difficile de qualifier les autres de "tous pourris", d'où toute l'énergie qu'ils mettent à hurler, décrédibiliser, calomnier leirs concurrents.

 

En gros, si vous votez MCG, vérifiez bien si les raisons de votre choix reposent sur des arguments véridiques, et non pas de fallacieux mensonges, comme ceux que nous propose Roger Golay, son président.

Écrit par Diego Esteban dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (15) |  Imprimer |  Facebook |

Commentaires

Excellent bravo!

Écrit par : Grégoire Barbey | 12/08/2013

bonjour Diego

analyse simpliste que vous faites lorsque vous effleurez l'alliance du PS-VERT avec le PLR à Vernier en 2011.

Non, l'objectif n'était pas d'être contre Thierry Cerutti, pour rappel, j'ai un bilan plus que positif et qui n'a jamais été remis en question ni contesté par mes adversaires politiques qui en cœur à ce jour ont repris et pérennisés tous mes projets mais

- d'assurer à votre camarade socialiste la majorité à l'exécutif de Vernier afin qu'il puisse avoir un dernier mandat confortable.

- au vert de pouvoir assurer sa réélection et par la même occasion un salaire pour nourrir sa famille

- au PLR d'être après 30 ans de politique communale magistrat de la commune de Vernier

pour rappel, l'électorat des verts est de 11% et celui du PLR de 8%......

alors que pour le MCG, nous sommes à plus de 35%.

ABE

Écrit par : thierry cerutti | 12/08/2013

Monsieur Cerutti, vous évoquez peut-être les motivations individuelles des trois partis en question, mais le but de l'alliance en tant que telle était de vous empêcher d'obtenir un nouveau mandat au Conseil Administratif de la commune de Vernier.

Écrit par : Diego Esteban | 12/08/2013

En politique rien n'est impossible et comme ces partis l'ont démontré, ils sont capables de tout pour garder le pouvoir qu'ils se partagent depuis si longtemps qu'ils ont des racines communes.

De plus la gauche, bien que profondément divisée sur le fond comme sur le forme est proche de l'implosion avec comme premières victimes la partie sociale-démocrate du PS et les verts progressistes non marxistes. Leur seul chance de survie c'est, effectivement une alliance de fait avec le duo-pack PLR/PDC.

Le MCG constitue un réel danger pour les deux camps et donc l'une des hypothèses de travail est bien un pacte qui seul pourra contenir la progression de ce parti, aussi iconoclaste qu'il soit.

Écrit par : dominique Vergas | 12/08/2013

Je vous rassure monsieur: le PS a toujours été dans une situation où plusieurs tendances coexistent au sein du même parti, et cela fait depuis des décennies que l'implosion n'est même pas envisageable. Il n'y a donc aucune nécessité pour nous de nous allier à qui que ce soit, surtout si la conséquence en est le sacrifice de nos valeurs.

Enfin, vous avez raison de dire que le MCG est un danger, mais il ne l'est pas pour un parti, il l'est pour la société. Si le MCG était au pouvoir, notre canton vivrait de bien sombres heures.

Écrit par : Diego Esteban | 12/08/2013

Votre commentaire est à la fois inquiétant et révélateur. Les socialistes ne sont pas des démocrates et le fait de nier toute pertinence au discours d'autrui ressemble exactement à l'extrémisme de droite que vous conspuez à longueur d'année.
Genève et la Suisse seront en réel danger si les thèses économiques socialistes devaient s'appliquer.
Jean d'Ormesson a donné une parfaite définition du système politique que vous soutenez: l'inaptocratie:

" un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire, et où les autres membres de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d'un nombre de producteurs en diminution continuelle."

S'il faut évidemment lutter contre la paupérisation de la population, il faut savoir qu'à défaut de faire tourner la planche à billets pour mener le pays dans le gouffre, l'argent nécessaire pour aider les plus démunis doit être récolté auprès des plus entreprenants. Or, vos thèses ont pour seul effet, voire pour seul but, ce qui serait plus grave encore, de les faire fuir.
Peut-être que la prochaine thèse socialiste internationale sera d'imposer l'assignation à résidence des plus riches, pour éviter qu'ils s'en aillent ailleurs...
Il est vrai que vous êtes les champions du " faites ce que je dis, pas ce que je fais". l'ancien directeur des SIG qui gagnait plus de 400'000.- pour un travail de 40% n'était-il pas socialiste?

Écrit par : mauro poggia | 13/08/2013

Monsieur Poggia, l'introduction de votre commentaire me laisse perplexe: dénoncer les propos de M. Golay parce qu'ils sont mensongers reviendrait donc à faire preuve d'un comportement anti-démocratique? Si "nier toute pertinence au discours d'autrui" paraît en effet condamnable en toute hypothèse, il faut se rendre à l'évidence que le respect de l'opinion de l'autre ne doit pas conduire à tolérer tout mensonge. De ce fait, vous aurez compris qu'en raison du fait que les propos de M. Golay sont indéfendables, les dénoncer ne peut être qualifié d'extrémisme. De plus, vous affirmez que les socialistes ne sont pas démocrates, mais le PS vaut bien tous les partis de droite en termes de fonctionnement démocratique (c'est l'AG du parti qui désigne les candidats dans l'ordre des suffrages obtenus, alors que le PLR instaure un classement en fonction de l'expérience politique et de l'ordre alphabétique, et que le MCG organise ses candidats selon le bon vouloir d'une commission électorale peu transparente).

Ensuite, vous tentez de démontrer le danger que représenterait l'instauration de la pensée économique socialiste, mais vous le faites en citant un auteur qui base son analyse sur le seul critère de la productivité, ce qui représente un bien pauvre raisonnement. Celui-ci est par ailleurs imbu de ce que l'on appelle la psychose du travail, amenant à penser que ceux qui produisent peu sont des feignants inaptes à la reconnaissance sociale: il saute aux yeux que cette analyse est à tout le moins incomplète. Mais cela ne veut pas forcément dire que l'auteur a tort; il me semble qu'un des éléments essentiels du socialisme vous a échappé: en effet, un socialiste sait parfaitement que son projet de société (achevé) est une utopie. C'est d'ailleurs ce qui lui permet de rester les pieds sur terre, en sachant différencier illusion et réalité, une conscience qui manque cruellement à d'autres courants de pensée.

Ne comprenant pas en quoi vos développements de fin de commentaire ont un rapport avec mon article, je m'étonne simplement qu'une personne comme vous, reconnu comme un des meilleurs députés de la législature, candidat à un exécutif collégial, se laisse entraîner dans cette caricature selon laquelle les socialistes volent les méritants au profit des inutiles, sont incapables de gouverner, leurs sympathisants incapables de produire, alors que ce jeu-là n'est réservé qu'aux sots qui se forcent à avoir un avis sur tout, à défaut de savoir de réellement savoir quoi ils parlent. Mais je m'étonne davantage de votre dernière pique ("vous êtes les champions du "faites ce que je dis, pas ce que je fais" "), car il me semble que votre parti n'est pas en reste: le MCG revendique depuis sa fondation l'instauration d'une préférence cantonale dans le domaine de l'emploi, arguant que le nombre de chômeurs genevois impose la prise de mesures pour empêcher l'afflux de travailleurs étrangers à des postes prétendument réservés aux autochtones. À ce titre, et l'exemple est édifiant, votre parti engage des secrétaires françaises pour recevoir tous les appels lui étant destinés, alors que ce travail pourrait aisément être réalisé par des chômeurs genevois. "Faites ce que je dis, pas ce que je fais" avez-vous dit?

Écrit par : Diego Esteban | 13/08/2013

@Diego Esteban, votre réplique à M. Cerutti est plus que préoccupante si vous prétendez être labellisé "démocrate". En démocratie on ne fait jamais rien contre une personne, mais contre des idées ou une politique.

Je en vote pas à Vernier je ne suis donc pas directement concerné. Mais sur le plan des idées, il n'y a guère que Monsieur Barbey qui peut approuver votre argumentaire. Vous êtes tous deux obnubilés par le MCG, c'est inquiétant de la part de personnes aussi jeunes. Généralement ce sont le vieux qui font des fixations.

Comme vous revendiquez le statut de démocrate, je suis certaine que vous publierez cette réponse, comme toutes celles qui vous sont contraires.

Écrit par : simon durant | 12/08/2013

@simon durant:

Je ne partage pas votre définition de la démocratie: quand une ou plusieurs personnes la menacent, s'opposer à elles représente un devoir citoyen.

Mais ni mon article, ni ma réponse à M. Cerutti ne concernent des arguments de démocratie, seulement une précision qu'à Vernier, l'alliance PS-Verts-PLR n'avait pas pour but de s'opposer au MCG en tant que parti, mais à Thierry Cerutti en tant que personne: c'est juste une information, pas une prise de position.

Ensuite, le succès ou non de mes idées m'importe peu; si j'ai quelque chose à dire, je le dis. Et j'ai de la peine à supporter la calomnie, c'est-à-dire ici l'accusation sciemment mensongère de Roger Golay, donc je l'exprime.

Il est vrai que Grégoire Barbey et moi sommes radicalement opposés au MCG, mais ce n'est pas une question d'idées, car sinon vous me verrez beaucoup moins écrire contre l'UDC, qui défend pourtant des thématiques similaires. Ma "fixation" comme vous la nommez concerne la méthode: la manière de faire de la politique revêt beaucoup d'importance pour moi, et les gesticulations, les mensonges, les insultes, l'incitation à la haine, tout cela savamment orchestré par le noyau dur du MCG, au centre de toutes les décisions du parti, voilà ce qui me motive à dénoncer les agissements du MCG.

Alors peut-être est-ce une "fixation", mais je suis fermement convaincu que le MCG est capable à lui seul de détruire la vie politique genevoise, en détruisant le peu de confiance que les Genevois pouvaient encore avoir à l'égard de leurs élus, et en favorisant la politique négative-offensive, qui produit des résultats désastreux en France.

Enfin, je vous assure que je publie tous les commentaires qui me sont adressés, à l'exception du spam ou des injures inadmissibles. Sachez que je suis toujours ouvert au débat, tant que la forme est diplomatique est respectueuse. Voilà pourquoi je m'oppose au MCG.

Écrit par : Diego Esteban | 12/08/2013

La force d'une démocratie se constate précisément par sa capacité d’absorber les chocs frontaux d'idéaux très opposés.
C'est comme cela qu'on peut affirmer que les communistes et les fascistes ne sont pas des démocrates puisqu'ils enferment leurs opposants.

A Genève rien de tout cela, même si vous tentez de nous faire croire le contraire. Vous omettez d'admettre, partisanerie aveugle oblige, que si le MCG rencontre un tel succès c'est qu'il répond aux attentes de notre patron à tous, le peuple.

Si le PS n'avait pas viré sa cuti en laissant des situations aussi scandaleuses que celle démasquée aux SIG, il n'aurait été qu'un feu de paille. Si sa progression est constante c'est bien parce que partout où il siège il applique la même méthode, débusquer les combines. Rassurez-vous il n'y a pas que le PS, tous les partis gouvernementaux sont touchés par le clientélisme des postes bidons et autres placards dorés.

Le parti le plus étonnant dans cet échiquier genevois, c'est le PDC. Il doit sa survie à un surf autrement plus critiquable que la méthode bulldozer MCG. J'estime autrement plus honteux de ne se faire sa place qu'en leurrant tout le monde. La droite parce que ce parti n'y est manifestement pas et la gauche parce qu'il la trahi régulièrement. Ce qui démontre bien qu'en politique il n'y a rien de surprenant.

Je partage l'avis de Dominique Vergas et je pense que c'est un aveu de faiblesse intellectuelle que de refuser d'envisager une alliance objective possible entre la gauche centrale et la droite molle, ils sont faits pour aller ensembles. Que cela vous plaise ou pas, c'est une réalité et cette hypothèse ne doit pas être exclue.

Pour clore je vous trouve injuste en jetant l'anathème sur tout le MCG. J'ai discuté avec plusieurs de ses membres à la constituante et je n'ai pas eu l'impression de discuter avec des incultes ou des gens bornés, tout au contraire. Je me demande d'ailleurs si au PS il y aurait eu des élus capables de tenir tête au parti central comme l'ont fait le Dr Bénusiglio et ses co-listiers qui ont maintenu leur soutien à la nouvelle constitution alors que Golay, Meideros et les autres clowns appelaient à voter contre.

Comme quoi il faut se garder, cher Monsieur, de toute généralité, elle tendent à révéler des insuffisances de raisonnement.

@Mauro Poggia: D'Ormesson a aussi dit, l'avantage avec Ali Baba c'est qu'on savait qu'il n'y avait QUE 40 voleurs.....

Écrit par : simon durant | 13/08/2013

Cher Monsieur, je vais tenter de répondre à chacune de vos thèses:

Vous pensez que le succès d'un parti s'explique par le fait qu'il obtient le soutien du plus grand nombre (ce qui est vrai), en parlant du MCG, mais vous critiquez par la suite le PDC car il survit en "leurrant tout le monde". Je crois que les propos de M. Golay que je dénonce dans cet article démontre bien que le MCG tente de leurrer tout le monde pour arriver à ses fins (parce que M. Golay en est le Président: il est donc la voix de son parti, comme en ce qui concerne tous les autres partis), ainsi je m'étonne de voir que vous différenciez PDC et MCG pour des comportements pourtant similaires selon ce que vous expliquez.

Vous évoquez des scandales d'abus de pouvoir concernant les partis gouvernentaux, je regrette de vous avouer que je m'intéresse à la politique genevoise depuis trop peu de temps pour être en connaissance de cause des évènements auxquels vous faites référence.

Ensuite, vous parlez de faiblesse intellectuelle dans le refus d'une alliance entre l'alternative et l'entente. Sachez que si socialisme, écologisme, radical-libéralisme et démocratie chrétienne ont de solides points communs, ils ne sont pas nombreux. Si l'on se base sur deux des thèmes les plus à la mode en ce moment, mobilité et sécurité, les divergences sont évidentes et irréconciliables. Au-delà des idées, il faut aussi voir le fait que cette alliance concernerait tout d'abord des partis: et les deux fronts en question sont en opposition quasi-constante. Comme vous le savez, je suis membre du PS: en réalisant le test smartvote, j'aperçus que sur 127 camdidats au Conseil National en 2011, le meilleur classé du PLR arrivait 97ème. Bien évidemment, je ne représente pas l'entier de mon parti, mais je ne suis de loin pas le plus grand ennemi du PLR, et pourtant il m'est évident qu'une telle alliance est impossible. Roger Golay annonçait cette alliance comme si elle avait déjà été prise, alors que c'est archi-faux, voilà pourquoi je ne pouvais que sèchement le ctitiquer sur son attitude de lanceur de rumeurs infondées.

Pour rebondir sur votre conclusion, il est possible que je n'ais pas été suffisamment clair: je m'oppose au comportement formel du MCG en tant que parti, mais mon but n'est pas de discréditer ses membres en particulier, car je sais pour avoir rencontré que plusieurs de ses membres, même si je ne partage pas leurs idées, que ceux-ci ne sont de loin pas tous malhonnêtes, dupes, etc. Là où la confusion aura pu avoir lieu, c'est quand j'assimile le comportement de Roger Golay à celui du MCG. Selon moi, il est impossible que le président de ce parti, c'est-à-dire son représentant auprès de l'extérieur, n'engage pas le MCG. Désigné par ses pairs, il a été reconnu comme digne porte-parole du mouvement, il est donc difficile de se dire que ses prises de position n'obligent pas le parti en tant que tel. Ajoutons que le noyau dur du MCG, parce qu'il est au cœur de toutes les décisions (apparemment composé d'Eric Stauffer, Roger Golay et François Baertschi), est donc en toute hypothèse assimilable au parti lui-même.

Pour conclure, sachez que j'ai constamment envie de montrer mon indépendance d'esprit en étant en désaccord avec mon parti, afin que je sois crédible aux yeux de personnes comme vous, qui estimez que les partis traditionnels répriment les divergences d'opinion, mais j'attends toujours un sujet qui me m'opposera au PS.

Écrit par : Diego Esteban | 13/08/2013

Le militantisme acharné fait obligatoirement perdre le recul. Dans votre cas c'est plutôt inquiétant car vous me semblez aussi borné que l'était Georges Marchais qui, bien que connaissant les infamies de l'URSS, s'acharnait à défendre le modèle comme la panacée universelle.

Vous ne lisez que la surface de ce qui est soumis à votre réflexion et non pas ce que signifie le fond.

Vous critiquez l'ancien journaliste du GHI, avec raison, il manque autant de sérénité que vous! C'est d'ailleurs son intransigeance qui m'a fait choisir de ne pas m'affilier à ce parti.

J'espère que l'expérience, c'est à dire l'accumulation de vos erreurs, vous amènera à plus de discernement et plus de modération.

L'analyse politique nécessite du recul, beaucoup de recul.Si c'est la voie du journalisme politique qui vous tente, alors engagez-vous au Courrier. Il manque de plumes vitriolées pour assouvir la haine qui anime ses propriétaires et ses abonnés.
Vu l'état de cette feuille, il semble que ce ne soit pas cette vision du monde qui anime la majorité des lecteurs genevois.

Écrit par : simon durant | 14/08/2013

Entre PS genevois et URSS, vous conviendrez qu'il y a quand même un monde. Et c'est faux de dire que je ne m'intéresse pas au fond des choses: il n'y a qu'à lire d'autres articles de mon blog pour se convaincre de mon peu d'intérêt pour le superficiel.

Mais il me semble que vous refusez de prendre mon article tel qu'il est: la dénonciation d'un mensonge à des fins électoralistes de la part d'un personnage bien en vue.

Écrit par : Diego Esteban | 14/08/2013

En fait peu importe si c'est de l'intox, c'est le combat politique dans sa dureté impitoyable.

Ce qui me semble par contre intéressant c'est que les instances de votre propre parti ne volent pas à votre secours. Je n'ai rien lu ou vu qui indique que le PS exclu tout pacte de ce genre avec le camp bourgeois.

L'hypothèse de M. Golay, pour déplaisante qu'elle puisse être à vos oreilles, n'est donc pas impossible. A ce titre, et même si cela froisse votre noble candeur, et jusqu'à preuve du contraire, c'est l'hypothèse de M. Golay qui tient pas la vôtre.

Pour ce qui est du PS genevois, il y avait dans ses rangs à l'époque de l'URSS quelques spécimen qui se rendaient volontiers derrière le rideau de fer. Ils cautionnaient donc ce système aussi infâme que d'autres volontiers vilipendés par votre parti alors que tous ces régimes ne méritent que notre mépris. Qu'ils soient dits de droite ou de gauche, se sont des réactionnaires, tout simplement.

Écrit par : simon durant | 15/08/2013

Romain de Sainte-Marie, Président du parti, ainsi que tous les candidats au Conseil d'Etat du PS, en plus de dizaines de candidats au Grand Conseil, militants, sympathisants ont été rejoints dans le démenti total par les Verts (je n'ai encore rien vu concernant PDC et PLR, mais s'ils nous lisent, j'imagine qu'il en va de même). Je suis loin d'être seul.

En ce qui concerne votre référence à l'URSS, sachez que je n'étais pas encore né lors de sa chute, cette référence m'est donc exagérément anachronique, et ce n'est pas à moi qu'il faut s'adresser à ce sujet.

Écrit par : Diego Esteban | 15/08/2013

Les commentaires sont fermés.