17/07/2015

Un festival jeune, local et dynamique

« Prends un bain de musique une à deux fois par semaine pendant quelques années et tu verras que la musique est à l'âme ce que l'eau du bain est au corps. »

Oliver Wendell Holmes

 

 

Puplinge-Gala-9.jpg

En cet été caniculaire, les grosses cylindrées des événements musicaux de l'été, comme le Paléo, le Montreux Jazz ou encore le Verbier Festival, ont tendance à faire de l'ombre aux rendez-vous plus locaux. Pourtant, ceux-ci n'ont rien à envier aux autres. En effet, il y a six ans naquit le Puplinge Classique, initiative orchestrée par son actuel directeur François-Xavier Poizat: ce projet n'a jamais cessé de grandir, grâce aux efforts acharnés d'une toute petite équipe. Le charme du cadre rural ainsi que la qualité de la programmation n'y sont certainement pas pour rien.

 

Originaire de Puplinge, François-Xavier Poizat a ainsi permis aux Genevois friands de musique classique (au sens large) de trouver leur bonheur à l'intérieur de leur canton. Lors de la première édition en 2010, les artistes étaient simplement un groupe d'amis composé de talentueux musiciens tels que Nadège Rochat ou encore Damien Bachmann. Initialement, il s'agissait de permettre à ces jeunes artistes d'effectuer leurs premiers pas dans un festival. Plusieurs d'entre eux y jouent encore.

 

Dès ce samedi 18 juillet 2015 (5 ans jour pour jour depuis la première édition), après une cuvée 2014 gargantuesque (17 concerts), le programme 2015 présentera une carte riche malgré un nombre plus modeste de 12 concerts. Relevons cependant plusieurs innovations intrigantes, comme la participation du renommé Moncef Genoud (piano jazz) ou du très grand Pascal Chenu (improvisation). Ce dernier réussira ainsi à chanter dans l'église de Puplinge le fameux titre "gare au gorille" de Georges Brassens, racontant le destin malheureux d'un homme de foi qu'un primate en rut trouva sur son chemin.

 

Le Puplinge Classique est une vitrine: il a un objectif affirmé de donner la priorité à la qualité, mais donne surtout aux spectateurs un aperçu de la relève musicale genevoise. En effet, on ne change pas une équipe qui gagne: l'édition 2015 donnera une fois de plus à de jeunes stars en devenir, à l'instar du flûtiste Sébastien Jacot ou du violoncelliste Gabriel Esteban, l'occasion de faire leurs preuves. Signe de la montée en grade inexorable du festival, plusieurs stars de réputation internationale seront de la partie, comme le violoniste Tedi Papavrami, la pianiste Anna Vinnitskaya ou encore l'Aviv Quartet.

 

Les perspectives d'avenir comportent cependant quelques zones d'ombre. Tous les concerts (à l'exception du concert de gala fêtant la 5ème édition du festival au Victoria Hall) sont joués au sein de l'église de Puplinge, cette salle ayant une capacité maximale de 250 personnes. Le record est détenu par un concert joué en duo par François-Xavier Poizat et Louis Schwitzguébel-Wang, qui avait attiré près de 400 spectateurs! Le développement de ce festival dynamique repose ainsi en grande partie sur la construction, envisagée par la Mairie de Puplinge, d'une nouvelle salle communale. On peut raisonnablement espérer qu'elle arrive dans un futur proche, tant ce festival est prometteur.

 

Pour toutes ces raisons, je vous recommande vivement de vous rendre à Puplinge, pour vous immerger dans ce festival jeune, local et dynamique, dont le succès lui mérite sans aucun doute le titre de festival classique de référence.

Écrit par Diego Esteban dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.