22/08/2016

Débat incohérent autour du voile

Alors qu'il n'a jamais manqué de raisons pour lancer de grands débats sur la laïcité, sur les limites à l'expression religieuse, sur l'égalité hommes-femmes, sur l'opposition au radicalisme religieux, sur la place et l'interprétation des symboles, on en parle enfin, mais seulement parce que le racisme politique a décidé de se faire des voix sur le dos des femmes musulmanes.
 
On parle de laïcité seulement en lien avec le voile islamique, pas avec le fait que la Constitution suisse débute par une référence à Dieu, que les armoiries genevoises sont purement chrétiennes (demandez-vous deux secondes d'où viennent l'aigle, la clé et le soleil avec l'acronyme en lettres grecques), que les Conseillers d'Etat du canton prêtent serment la main sur la bible dans la cathédrale, etc: incohérent.
 

voile,islamique,islam,musulman,voilee,burqa,niqab,visage,couvrir,initiative,udc,féminisme,liberté,religion,christianisme,eglise,discrimination,racisme,fn,dieu,allah,incohérence,incohérent,débat,autour,du

On parle des limites à l'expression religieuse, mais pas en lien avec les autres formes de tenues vestimentaires pudiques imposées aux femmes par d'autres religions (http://www.huffingtonpost.fr/2016/08/20/conseillere-elysee-hollande-voile-pape_n_11635698.html?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001).
 
On parle d'égalité hommes-femmes uniquement en lien avec le voile islamique - alors qu'il s'agit d'une des rares tenues que les femmes peuvent porter sans trop risquer de se faire traiter de "salopes" (et encore...) - pendant que les inégalités salariales et la répartition des tâches ménagères restent fortement ancrées dans nos sociétés "modernes" (et parlons-en, de la présence des femmes en politique...).
 
D'ailleurs, plusieurs féministes anti-voile nient la pertinence du "voile nippon" dans ce débat (les Japonaises se couvrent entièrement jusqu'au visage pour éviter le contact avec le soleil), au motif que ce ne serait pas un symbole de soumission de la femme comme l'est le voile islamique: pourtant, partout dans le monde les femmes se font dicter leur comportement tant qu'il n'est pas en adéquation avec le modèle de féminité ambiant. Et que ce soit au Japon (avoir la peau la plus blanche possible pour être considérée comme belle), en Arabie Saoudite (cacher tout sous un voile et interdiction de conduire) ou en Suisse (épilation et minceur quasi-obligatoires pour être considérée comme belle), on apprend aux femmes qu'elles ne pourront jamais être acceptées par la société si elles ne ressemblent pas au fantasme masculin dominant.
 
On parle des mesures à prendre pour s'opposer aux vecteurs du radicalisme religieux, mais la France offre des légions d'honneur aux Saoud... Et lorsqu'on prétend lutter contre l'islamisme en s'attaquant au voile, c'est de l'opportunisme pur et dur: la source du problème n'est pas la personne qui porte le voile mais celle qui l'oblige à le porter (analogie: s'attaquer au consommateur pour lutter contre les drogues plutôt que le vendeur ou le producteur est assez contre-productif). Et lorsqu'une femme porte le voile sans que personne ne l'y contraint (donc par choix), alors c'est pas vos putains d'oignons de savoir comment elle s'habille.
 

voile,islamique,islam,musulman,voilee,burqa,niqab,visage,couvrir,initiative,udc,féminisme,liberté,religion,christianisme,eglise,discrimination,racisme,fn,dieu,allah,incohérence,incohérent,débat,autour,du

Et enfin, on parle beaucoup du voile comme symbole de soumission de la femme (comme si c'était la seule interprétation possible), mais en demandant rarement aux femmes voilées ce qu'elles en pensent (car voyez-vous, elles sont un peu plus concernées que n'importe qui d'autre par ce débat). Un peu comme si on interdisait le crucifix sur les pendentifs et les monuments, au motif qu'il ne pourrait s'agir que d'un symbole de promotion de la torture (renseignez-vous sur l'origine du crucifix), sans qu'on demande aux chrétiens leur avis.
 
Il faut être sacrément aveugle pour ne pas voir que si l'on débat enfin de ces sujets, c'est uniquement parce que ces débats sont utiles (sur le plan électoral) à ceux qui les lancent. Et le fait que ces débats soient limités au voile islamique prouve qu'ils n'ont ni été lancés par des féministes, ni par des libertaires, ni par des démocrates, ni par des laïcs. On est de toute évidence dans un pur rapport de forces politique où les milieux racistes réussissent à vous faire croire qu'ils défendent des principes dont ils n'ont rien à cirer, et qu'ils ne défendront plus dès qu'ils ne leur permettront plus de gagner des voix. Si c'est oui à l'initiative anti-voile, la victoire appartiendra uniquement à l'UDC, qui pourra continuer à augmenter l'âge de la retraite, défendre le modèle de la femme au foyer, s'opposer à toute forme d'intégration des LGBT et poursuivre ses attaques sur l'avortement...
 

voile,islamique,islam,musulman,voilee,burqa,niqab,visage,couvrir,initiative,udc,féminisme,liberté,religion,christianisme,eglise,discrimination,racisme,fn,dieu,allah,incohérence,incohérent,débat,autour,du

Je désapprouve du voile islamique, mais je m'insurge de ces réflexes égocentriques des pratiquants d'une vision purement hygiéniste de la société, visant à réglementer par la loi tout ce qui déplaît à leurs yeux. Car si on décide qu'interdire sur le plan légal tout ce qui déplaît - même légèrement - est une pratique admissible, alors j'ai le plaisir de vous présenter mon programme de législature:
  • Interdiction des chignons masculins parce que c'est moche
  • Les feux devront être tous verts à mon passage
  • Les sons produits par Alain Morisod ou Maitre Gims ne peuvent plus être considérés comme de la "musique"
  • Interdiction des selfie sticks
  • Les rigolos qui annoncent un dracolosse en réalité inexistant n’attraperont que des roucoule pendant trois mois ferme
  • Le droit de vote est retiré aux personnes âgées qui vivent avec les conséquences de leurs choix pendant moins de dix ans seulement

Commentaires

Vous avez en partie raison, il ne faut pas se tromper de débat:

Ce ne devrait en aucun cas être un débat sur un règlement vestimentaire ou des normes d'hygiène.

C'est peut-être un peu lié au féminisme et aux droits de la femme.

Mais c'est surtout une réaction contre le petit djihad du quotidien qui consiste a imposer des symboles forts d'islamisme dans l’espace publique et occuper le terrain. Je suis d’ailleurs persuadé que la plupart des femmes concernées le font volontairement et en sont fières.

Alors l'interdiction n'est peut-être pas la réponse idéal, mais dans l’immédiat je ne vois pas d'autres moyens concrets pour dire qu'on ne veut pas de ça.

Écrit par : Eastwood | 22/08/2016

Votre texte cherche à avoir une cohérence interne pour dénoncer l'incohérence ambiante.
Dont acte.
Mais je vois un problème de méthode dans le fait, que tous ces éléments contradictoires du désir de laïcité, ne viennent pas tous des mêmes personnes ou instances.
Il n'y a pas un consensus général sur la forme exacte et précise que doit prendre la laïcité en Suisse. Le débat ne fait peut-être que commencer.
Je crois lire chez vous un rejet de la laïcité, parce que beaucoup de ses tenants seraient de mauvaise foi.
Née en 1955, je fais partie de la génération qui a adoré vivre dans une société, dans laquelle la religion n'était plus un souci dans la vie en société. Cette accalmie aura été de courte durée.
On peut parfaitement souhaiter que l'on enlève la référence à Dieu Tout Puissant de la Constitution suisse, penser qu'il serait mieux que l'on ne jure pas sur la bible au moment de la prestation de serment et être contre le voile intégral. C'est un début de cohérence.
Peut-être qu'un jour, on pourra voter aussi sur les deux premiers points !

A moins que j'aie mal lu, vous vous exprimez uniquement sur "le voile islamique", c'est à dire un foulard. Votre réflexion ne porte donc pas sur vêtement qui couvre également le visage qui serait donc soit la burqa ( bleu clair) soit le niqab ( noir). J'espère ne pas me tromper de vocabulaire.

Je crois qu'il est admis, que toute personne a le droit d'avoir un foulard sur la tête dans l'espace public, mais pas toujours sur son lieu de travail. (p.ex. fonctionnaires ou règlements internes aux entreprises)

Votre exigence de cohérence est justifié, mais il ne faut pas oublier que les raisons de porter le voile islamique peuvent aussi être diverses et parfois contradictoires et cela n'aide pas du tout à clarifier le débat.
En effet, certains disent que c'est totalement indispensable et exigé par le Coran, d'autres au contraire qu'il s'agit davantage d'une tradition culturelle. On se souvient, par ailleurs, d'une époque où le foulard, la burqa ou le niqab n'étaient pas portés en-dehors de certains endroits. Il s'agit donc d'un besoin récent dans bien des pays.
De plus, on ne sait pas toujours si son port est un choix personnel ou dû à des pressions extérieures. En permettant le port illimité de ces vêtements, on privilégie les personnes qui en font le choix librement à celles qui subissent une obligation. C'est certes possible, mais il faut l'assumer clairement.
Certains disent que c'est juste un accessoire, d'autres que c'est une façon de vivre sa foi.
C'est certainement tout cela à la fois, et il serait au fond très confortable de ne plus en discuter, de dire que c'est si minoritaire que tout ça est une perte de temps.
Si les hommes étaient aussi appelés à porter un voile, (comme le font ces Iraniens, qui se prennent en photo), cet objet perdrait sa portée spécifiquement féminine. Cela permettrait d'enlever l'argument féministe, qui oriente le débat dans une direction obscure.
Dans la situation actuelle, on peut culpabiliser les laïques les mieux intentionnés, en les accusant de sacrifier des femmes.
Quelque chose me semble à l'envers du bon sens dans ce "procès", car d'où vient l'idée que seules les femmes devraient se couvrir ainsi ? Quelle est la justification profonde ? N'est-ce pas l'idée que la femme n'est pas un homme comme un autre ?
Mais peut-être suis-je d'une génération qui ne devrait plus avoir voix au chapitre ! ;-)))

Écrit par : Calendula | 22/08/2016

Ben voyons !

Qui parle des mutilations touchant 95% des fillettes dans la plupart des pays musulmans ?

Écrit par : Corto | 22/08/2016

Monsieur/Madame "Corto",

Les mutilations génitales ne sont pas réservées aux pays musulmans, vu que l'Erythrée ou l'Ethiopie par exemple sont des pays à majorité chrétienne pratiquant massivement l'excision. La mutilation génitale n'est pas un problème d'islam, c'est un problème africain.

Écrit par : Diego Alan Esteban | 23/08/2016

Le féminisme, non les guignoleries ordinaires présentes a lutté

pour le droit de vote accordé aux femmes

les salaires "à travail égal salaire égal"

la contraception

le décriminalisation de l'avortement (lequel ne devrait jamais devenir un moyen de contraception mais une solution ultime... en aucun cas à banaliser parce que démarche non anodine

le planning familial

au fur et à mesure du travail des femmes à l'extérieur de leurs foyers, les crèches

Ne se posait alors, dans les années 1970, absolument pas ces problèmes de femmes voilées, burqa ou burkini

En revanche, par la regrettée Benoîte Groult, Sentinelles, Lausanne ensuite dénonciation des mutilations sexuelles réservées aux femmes

Combat en faveur des homosexuels en vue de la fin des mesures d'isolement et autres les concernant

Femmes prêtres refusé, pasteures, accepté.

Fin du célibat des prêtres (également comme mesure de prévention concernant la pédophilie), refusé

nous avons insisté sur le danger d'une trop grande solitude concernant les ecclésiastiques ti-ques ti-ques en nous faisant envoyant promener par l'évêque Genoud affirmant qu'il n'"existe pas de pédophiles non malades"!

Point de vue d'une féministe de l'époque en question: le port du foulard, du voile ou de la burqa illustre à merveille ce que dénonçait le président Chirac soit l'"islam de France" (ou mention d'autres pays).
Il précisait qu'il ne faudrait pas dire que l'on est un musulman de France, ou d'ailleurs, mais, au besoin, si nécessaire un "Français de confession musulmane"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/08/2016

Pourquoi ne pas évoquer la circoncision?

Pourquoi décider à la place d'un bébé de huit jours ne pouvant encore donner son accord de lui laisser ou non son prépuce?

La circoncision sur adulte est extrêmement douloureuse, certes, mais n'est-il pas possible d'endormir localement avant de pratiquer cette intervention?

Pourquoi ne pas attendre l'âge adulte avec, par l'homme directement concerné, la décision, en toute liberté et sans pression, de se faire ou non circoncire?

L'histoire de Moïse au désert est connue.
Cette règle d'hygiène présentée comme signe d'alliance entre le Divin et l'homme mais, pour un simple exemple, c'est par ce signe de la circoncision qu'en temps de seconde guerre mondiale dans les toilettes publiques, notamment, on reconnaissait les juifs en se faisant un plaisir de les dénoncer... sans que le Divin ne soit accouru à leur secours!

Écrit par : Phébé | 24/08/2016

Les commentaires sont fermés.