22/08/2016

Débat incohérent autour du voile

Alors qu'il n'a jamais manqué de raisons pour lancer de grands débats sur la laïcité, sur les limites à l'expression religieuse, sur l'égalité hommes-femmes, sur l'opposition au radicalisme religieux, sur la place et l'interprétation des symboles, on en parle enfin, mais seulement parce que le racisme politique a décidé de se faire des voix sur le dos des femmes musulmanes.
 
On parle de laïcité seulement en lien avec le voile islamique, pas avec le fait que la Constitution suisse débute par une référence à Dieu, que les armoiries genevoises sont purement chrétiennes (demandez-vous deux secondes d'où viennent l'aigle, la clé et le soleil avec l'acronyme en lettres grecques), que les Conseillers d'Etat du canton prêtent serment la main sur la bible dans la cathédrale, etc: incohérent.
 

voile,islamique,islam,musulman,voilee,burqa,niqab,visage,couvrir,initiative,udc,féminisme,liberté,religion,christianisme,eglise,discrimination,racisme,fn,dieu,allah,incohérence,incohérent,débat,autour,du

On parle des limites à l'expression religieuse, mais pas en lien avec les autres formes de tenues vestimentaires pudiques imposées aux femmes par d'autres religions (http://www.huffingtonpost.fr/2016/08/20/conseillere-elysee-hollande-voile-pape_n_11635698.html?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001).
 
On parle d'égalité hommes-femmes uniquement en lien avec le voile islamique - alors qu'il s'agit d'une des rares tenues que les femmes peuvent porter sans trop risquer de se faire traiter de "salopes" (et encore...) - pendant que les inégalités salariales et la répartition des tâches ménagères restent fortement ancrées dans nos sociétés "modernes" (et parlons-en, de la présence des femmes en politique...).
 
D'ailleurs, plusieurs féministes anti-voile nient la pertinence du "voile nippon" dans ce débat (les Japonaises se couvrent entièrement jusqu'au visage pour éviter le contact avec le soleil), au motif que ce ne serait pas un symbole de soumission de la femme comme l'est le voile islamique: pourtant, partout dans le monde les femmes se font dicter leur comportement tant qu'il n'est pas en adéquation avec le modèle de féminité ambiant. Et que ce soit au Japon (avoir la peau la plus blanche possible pour être considérée comme belle), en Arabie Saoudite (cacher tout sous un voile et interdiction de conduire) ou en Suisse (épilation et minceur quasi-obligatoires pour être considérée comme belle), on apprend aux femmes qu'elles ne pourront jamais être acceptées par la société si elles ne ressemblent pas au fantasme masculin dominant.
 
On parle des mesures à prendre pour s'opposer aux vecteurs du radicalisme religieux, mais la France offre des légions d'honneur aux Saoud... Et lorsqu'on prétend lutter contre l'islamisme en s'attaquant au voile, c'est de l'opportunisme pur et dur: la source du problème n'est pas la personne qui porte le voile mais celle qui l'oblige à le porter (analogie: s'attaquer au consommateur pour lutter contre les drogues plutôt que le vendeur ou le producteur est assez contre-productif). Et lorsqu'une femme porte le voile sans que personne ne l'y contraint (donc par choix), alors c'est pas vos putains d'oignons de savoir comment elle s'habille.
 

voile,islamique,islam,musulman,voilee,burqa,niqab,visage,couvrir,initiative,udc,féminisme,liberté,religion,christianisme,eglise,discrimination,racisme,fn,dieu,allah,incohérence,incohérent,débat,autour,du

Et enfin, on parle beaucoup du voile comme symbole de soumission de la femme (comme si c'était la seule interprétation possible), mais en demandant rarement aux femmes voilées ce qu'elles en pensent (car voyez-vous, elles sont un peu plus concernées que n'importe qui d'autre par ce débat). Un peu comme si on interdisait le crucifix sur les pendentifs et les monuments, au motif qu'il ne pourrait s'agir que d'un symbole de promotion de la torture (renseignez-vous sur l'origine du crucifix), sans qu'on demande aux chrétiens leur avis.
 
Il faut être sacrément aveugle pour ne pas voir que si l'on débat enfin de ces sujets, c'est uniquement parce que ces débats sont utiles (sur le plan électoral) à ceux qui les lancent. Et le fait que ces débats soient limités au voile islamique prouve qu'ils n'ont ni été lancés par des féministes, ni par des libertaires, ni par des démocrates, ni par des laïcs. On est de toute évidence dans un pur rapport de forces politique où les milieux racistes réussissent à vous faire croire qu'ils défendent des principes dont ils n'ont rien à cirer, et qu'ils ne défendront plus dès qu'ils ne leur permettront plus de gagner des voix. Si c'est oui à l'initiative anti-voile, la victoire appartiendra uniquement à l'UDC, qui pourra continuer à augmenter l'âge de la retraite, défendre le modèle de la femme au foyer, s'opposer à toute forme d'intégration des LGBT et poursuivre ses attaques sur l'avortement...
 

voile,islamique,islam,musulman,voilee,burqa,niqab,visage,couvrir,initiative,udc,féminisme,liberté,religion,christianisme,eglise,discrimination,racisme,fn,dieu,allah,incohérence,incohérent,débat,autour,du

Je désapprouve du voile islamique, mais je m'insurge de ces réflexes égocentriques des pratiquants d'une vision purement hygiéniste de la société, visant à réglementer par la loi tout ce qui déplaît à leurs yeux. Car si on décide qu'interdire sur le plan légal tout ce qui déplaît - même légèrement - est une pratique admissible, alors j'ai le plaisir de vous présenter mon programme de législature:
  • Interdiction des chignons masculins parce que c'est moche
  • Les feux devront être tous verts à mon passage
  • Les sons produits par Alain Morisod ou Maitre Gims ne peuvent plus être considérés comme de la "musique"
  • Interdiction des selfie sticks
  • Les rigolos qui annoncent un dracolosse en réalité inexistant n’attraperont que des roucoule pendant trois mois ferme
  • Le droit de vote est retiré aux personnes âgées qui vivent avec les conséquences de leurs choix pendant moins de dix ans seulement

05/06/2013

Qu'est-ce qu'une idéologie?

"Dans l'usage courant, le mot idéologie est un vague synonyme de philosophie, de système de pensée, souvent utilisé dans un sens péjoratif pour désigner un discours coupé du réel. [...] Il désigne une construction collective de l'esprit dont le but apparent est de dire le sens des choses, mais dont la fonction réelle est de masquer une situation intolérable."


Aujourd'hui, la notion de "pensée unique" fait sa loi dans différents domaines. "L'idéologie [...] est la dictature d'une réalité partielle, qui devient la valeur suprême.", une phrase que l'on serait tenté d'imprimer dans le marbre, dès lors que l'on fait sienne une pensée quelconque, qui porte un nom en "-isme" (libéralisme, nationalisme, anarchisme, écologisme, socialisme, communisme, christianisme, islamisme, machisme, féminisme, terrorisme, capitalisme...). Tous les courants de ce genre méritent de ne jamais être appliqués dans leur ensemble à une société, car c'est bien connu, personne ne peut se vanter de détenir la réponse à tout: aucune idéologie, aussi complète soit-elle, ne saurait devenir la philosophie unique d'un territoire ou d'une population donnés sans conséquences catastrophiques, l'Histoire nous en offrant d'abondants exemples.

 

"A l'origine de toute idéologie, il y a une idée de penseurs ou de philosophes, qui imaginent des systèmes de société idéale. Ils créent une belle construction intellectuelle qui ne prend pas en considération la nature humaine, le temps et les moeurs. Ils réduisent ainsi la réalité à ce qu'ils en perçoivent dans leurs salons ou dans leurs bureaux. Cette réduction consiste essentiellement à séparer l'idée, le concept, d'une chose ou d'un être, de sa réalité profonde."

Une des causes de l'échec inévitable des idéologies est la généralisation de choses qui ne sauraient quitter le stade individuel et concret. Généraliser le cas particulier est une des composantes de cet échec, tout comme la normatisation de ce qui relève plus du désir que de la réalité, car une idéologie, c'est aussi la volonté d'un nombre restreint de personnes érigée en projet de société. Mais dès lors que la société est hétérogène, personne ne peut prétendre apporter des réponses aux questions des autres en se basant sur un unique point de vue. En d'autres termes, il est impossible de créer un système d'idées logique, voire mathématique, applicable au moi de tout un chacun, dans une société qui est caractérisée par sa diversité. La réalité de la nature humaine, parce qu'elle ne se laisse pas aisément définir, ne peut pas être ainsi déduite d'une seule "version des faits" produite par un nombre restreint de personnes.

 

Conception marxiste: une idéologie est l'ensemble des opinions sur les problèmes sociaux qui se forment sous l'influence de l'intérêt d'une classe sociale donnée et qui servent à la défense des intérêts de cette classe; c'est un synonyme de "fausse conscience" (manière déformée de voir la réalité)


Ces passages (principalement tirés de l'encyclopédie de l'Agora) méritent d'être retenus. Certains seraient avisés de ne pas s'enivrer de leurs idéologies plus ou moins anachroniques, sous peine de se voir complètement déconnectés de la réalité. Personne n'a encore su définir le but vers lequel nous devons converger, mais nous pouvons l'ignorer sans crainte: sans idéologies, il est toujours possible de se laisser guider par des valeurs déterminées dans l'accomplissement des tâches de la société. Mais la notion d'idéologie est morte, car elle est trop éloignée de l'individu et des choses concrètes pour encore être crédible.

Écrit par Diego Esteban dans Petite Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |