16/10/2013

A quel jeu Philippe Morel joue-t-il?

Nombreux furent les observateurs politiques surpris de voir dans le 12:45 de la RTS (lundi 7 octobre) le docteur Philippe Morel, député du PDC au Grand Conseil réélu la veille, sourire franchement le soir des élections avec toute l'équipe électorale du MCG, sur les lieux où ce parti fêtait ses résultats électoraux.

1378278_420707304696155_277345732_n.jpg

Philippe Morel s'était déjà fait remarquer par ses affiches électorales personnelles (avec lesquelles il a notamment inondé les médias, alors qu'il n'était "que" candidat au Grand Conseil) sur une dizaine de culs de bus au moins. Il fut, grâce aux dizaines de milliers de francs qu'il a investis dans sa campagne, le premier élu de la liste du PDC (derrière Luc Barthassat et Serge Dal Busco).

1378510_420775198022699_1286823620_n.jpg

L'actualité politique fut agitée - début 2013 - par l'annonce de plusieurs défections de membres PDC, qui ont quitté ce parti pour aller rejoindre le MCG (Delphine Perella-Gabus ou Sandra Golay par exemple). Pourtant, et le PDC a été clair sur ce point, le MCG est un parti aux antipodes des principes de la démocratie chrétienne. De ce fait, la démarcation politique avec le MCG a dû clairement être affirmée par le PDC.

1382309_420775224689363_1950545203_n.jpgDe ce fait, on peut avoir de la peine à comprendre pourquoi Philippe Morel s'affiche à la télévision publique, à un moment particulièrement sensible (le soir des élections), en compagnie des figures les plus médiatisées d'un parti adversaire du sien, dans son fief de campagne. Les politiciens adeptes de l’ambiguïté, surtout en ce qui concerne les candidats, n'inspirent en général pas confiance: si Philippe Morel pense que seul l'argent qu'il a dépensé en grosses sommes peut lui offrir sa réélection, c'est que ses propositions sont insuffisantes. S'il ne montre pas clairement sa ligne politique (en tant qu'élu du peuple, c'est le minimum qu'il doit à celui-ci), il se rendra rapidement compte que l'argent ne suffit pas, lorsque le peuple lui barrera la route aux prochaines élections.

Écrit par Diego Esteban dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook |